partager sur

Dans son atelier, Christina Roth confectionne avec passion des articles de maroquinerie authentiques et raffinés.

Le tac tac de la machine à coudre, d’innombrables outils qui attendent d’être utilisés, l’odeur du cuir et une table à dessin pleine de croquis – voilà ce qui attend le visiteur dans l’atelier de Christina Roth, au numéro 30 de la Getreidegasse à Salzbourg, en Autriche. Elle y confectionne sacs à main, ceintures, porte-monnaie et autres délicats articles de maroquinerie, qui offrent une réponse particulièrement élégante à la société du tout jetable. Chaque point, chaque découpe respirent le doigté, l’amour de l’artisanat, la minutie et l’enthousiasme. Une qualité dont on se convainc d’autant plus quand Christina Roth nous raconte comment elle en est arrivée à exercer son métier.

Fraîchement diplômée en management et éthique des affaires, elle voulait se récompenser en s’offrant un beau sac original et haut de gamme. Ne trouvant chez aucune grande marque le modèle de ses rêves, elle se met en quête d’un artisan capable de faire de son idée une réalité. C’est à Vienne qu’elle trouve son bonheur, auprès d’une maroquinière qui, malheureusement, a entre-temps cessé d’exercer, mais qui confectionne alors sur ses instructions un superbe accessoire en cuir. Ayant remarqué que tout le monde la complimentait sur son sac, Christina Roth sent se réveiller son sens des affaires: elle a l’idée d’en faire fabriquer cinq exemplaires supplémentaires, avec l’aide d’un maroquinier de Salzbourg, et de les mettre en vente. Elle ignorait que sa première visite à l’atelier allait changer sa vie: elle tombe instantanément amoureuse de cet artisanat hors du commun. Mais, comme c’est souvent le cas lors des coups de foudre, on a tendance à beaucoup idéaliser: «Naïve et ambitieuse comme j’étais, je me suis dit : Ça ne doit pas être si difficile que ça, je peux le faire, et, ni une ni deux, j’ai filé au magasin de bricolage m’acheter des outils. Je n’ai pas tardé à déchanter!», raconte-t-elle en souriant. 

Dans mon année, j’étais la seule personne de toute l’Autriche à avoir entrepris une formation de maroquinerie. Je me suis bien vite rendu compte que presque plus personne n’exerçait cet artisanat, mais qu’il y avait bel et bien une demande, et que nous ne pouvions pas laisser péricliter un savoir-faire et un patrimoine culturel si ancien Christina Roth

À partir de ce moment-là, elle consacre ses soirées et ses week-ends à sa nouvelle passion, en sus d’un travail à temps plein exigeant. Mais en Autriche, pour pouvoir vendre des articles en cuir, il faut une licence commerciale. Christina Roth donne donc sa démission, bien décidée, même sans artisan chez qui effectuer son alternance, à rattraper son retard dans la formation et à décrocher son diplôme de maroquinière. «Dans mon année, j’étais la seule personne de toute l’Autriche à avoir entrepris une formation de maroquinerie. Il ne reste plus qu’une seule et unique école professionnelle, où trois formations pour trois métiers différents sont réunies dans une seule classe, car sinon, il n’y aurait pas assez d’élèves. Je me suis bien vite rendu compte que presque plus personne n’exerçait cet artisanat, mais qu’il y avait bel et bien une demande, et que nous ne pouvions pas laisser péricliter un savoir-faire et un patrimoine culturel si ancien», raconte Christina Roth. Pour continuer à se perfectionner, elle se rend même auprès du meilleur maroquinier du monde, au Japon. Si ça, ce n’est pas de la passion!

Du poisson au nœud papillon

Quelques années plus tard, la maroquinière produit dans son atelier toutes sortes d’accessoires en cuir: des bracelets pour montres, porte-monnaie et reliures de livres aux sacs, en passant par les pièces de mobilier et de décoration comme les sets de table et les sous-mains. Elle reçoit parfois des commandes pour le moins originales, comme des nœuds papillon pour smoking en cuir de poisson. Ou alors, quelqu’un apporte dans son atelier un crocodile entier, y compris la carapace dorsale de quatre mètres de long, et lui dit: «Faites-en quelque chose, ce que vous voulez.» Une chose est sûre, avec des clients aussi inventifs, pas le temps de s’ennuyer dans ce métier. Christina Roth travaille exclusivement sur commande. Le plus souvent, les clients voient en ligne un modèle qui leur plaît, à moins qu’ils n’apportent leurs propres esquisses ou leurs vieux accessoires préférés qu’ils aimeraient bien faire refaire à l’identique. Elle privilégie les matières naturelles: le cuir, bien entendu, mais également le fil de lin, ou encore la cire d’abeille. Il n’en a pas moins fallu à la maroquinière des années avant de trouver des fournisseurs adaptés, qui acceptent également de livrer en petites quantités. L’acteur principal, le cuir, vient directement de tanneries de la région. Pour les commandes plus spéciales, elle a recours à un négociant en cuir de Vienne. Pour l’instant, Christina Roth travaille seule dans son atelier, mais elle aimerait cette année prendre son premier apprenti: grâce à sa forte présence sur les réseaux sociaux, les candidats sont de plus en plus nombreux. Les nouvelles plates-formes redonnent à ce savoir-faire en voie de disparition l’éclat qu’il avait injustement perdu au cours des dernières décennies. Mais ne devient pas maroquinier qui veut: il faut pour cela une bonne dose de patience, l’amour du détail et une grande dextérité. Aucune pièce unique n’est jamais tombée de l’établi du jour au lendemain par l’action du Saint-Esprit.

Du croquis au sac à main

La création d’un article débute par toute une série de choix: le volume, le cuir, les boucles, pour ne citer qu’eux. Viennent ensuite le patron, un prototype en papier, et enfin les différentes parties du sac, prétaillées dans le cuir afin de voir comment se comporte l’ensemble. Le processus de fabrication d’un sac à main, par exemple, peut durer jusqu’à plusieurs semaines. Notamment parce qu’il faut se ménager des pauses créatives, combiner les matières entre elles, et prendre en compte le temps de séchage qui, dans l’atelier de Christina Roth, n’est pas accéléré mécaniquement. De plus, avant l’assemblage, elle envoie toutes ses pièces de cuir coupées à dimension à Vienne, où un passage par la machine à refendre leur donne l’épaisseur souhaitée. Chaque pièce de cuir a sa propre épaisseur, et même 0,1 millimètre peuvent faire une grosse différence. Mais ce sont précisément cette minutie et ce sens du détail qui font d’un sac à main artisanal produit dans l’atelier de Christina Roth une pièce unique et précieuse, et de plus en plus de gens, préoccupés par la durabilité et le soutien à l’artisanat local, mettent sans hésiter la main à la poche pour cette plus-value. Car en achetant chez Christina Roth, on achète bien plus qu’un sac à main: le savoir-faire, la passion, et des souvenirs que l’on emportera partout avec soi pendant les 20 ou 30 années suivantes.

christinaroth​.at

Win
Le Cadeau

Faites-vous plaisir

2 × 1 «coffret Le Cadeau» de DAS ZELT à gagner!
Offer
Seidenhof 05

Au cœur de Zurich

Bénéficiez de 15 % de rabais à l’hôtel Seidenhof!
Offer
Moments ch banner 1280x720px

Le paradis de la pharmacie

Profitez d’une réduction de 10% chez la droguerie en ligne Kanela!

08.août.2021 Code Check 03

Passer les produits au crible

Écologie et transparence pour vos courses avec la start-up suisse CodeCheck.

Roman Bleichenbacher, fondateur de la start-up, pensait-il au policier chauve de la série culte des années 70, dont le nom a une consonance similaire, lorsqu’il a baptisé son application CodeCheck? Nous ne le savons pas. Ce que nous savons, en revanche, c’est que son idée part également du désir d’aller au fond des choses. En novembre 2020, Gabriele Ottino a repris l’entreprise dont il est maintenant le CEO et, avec l’équipe qui entoure la responsable scientifique Ruta Almedom, travaille sans relâche au développement de cette application qui doit permettre aux consommateurs d’évaluer plus facilement les ingrédients contenus dans les produits qu’ils achètent et d’opter éventuellement pour des alternatives plus saines ou plus écologiques. Ce gel douche contient-il des microplastiques? Y a‑t-il de l’huile de palme dans ces biscuits? Pour le savoir, l’utilisateur n’a qu’à ouvrir l’application, à scanner le code-barres du produit et aussitôt s’affichent des informations de sources scientifiques sur les ingrédients qu’il contient. Ces substances sont évaluées et classées avec un système de couleurs allant du vert au rouge selon qu’elles sont plus ou moins bonnes pour l’organisme et pour la planète. 

codecheck​-app​.com

Lire la suite

27.janvier.2021 Timur 02

Un valeureux guerrier

Son départ dans la vie a été marqué par de multiples opérations, des douleurs sans fin et des pronostics défavorables. Aujourd’hui, Timur Habegger a 11 ans et rêve de devenir policier. 

Ce jeune garçon au nom exceptionnel a une force de caractère incomparable, comme le dévoile son histoire. Timur Habegger, qui vit à Aarwangen (BE), est connu du public depuis qu’il est passé sur le plateau de «Stars&Heldä» (stars et héros), nouvelle émission télévisée développée et produite par DAS ZELT. Dans l’émission diffusée le 27 décembre 2020 sur SAT1 Suisse, des stars helvétiques de la musique rencontraient des héros du quotidien. Baschi, Stefanie Heinzmann, Bligg et Anna Rossinelli étaient invités. Baschi, qui a aujourd’hui 34 ans, a été tellement touché par le destin de Timur qu’il l’a personnellement présenté comme son héros du quotidien. 

Lire la suite

22.octobre.2021 Greenlights 03

La vie est le fruit du hasard

Dans «Greenlights», l’acteur Matthew McConaughey se penche sur les hauts et les bas de la vie.

Pendant de nombreuses années, on a pu voir Matthew McConaughey en séduisant héros dans des comédies romantiques. Après une pause, il est ensuite réapparu sur les écrans dans des rôles de caractère. Des films comme «Dallas Buyers Club» ou la série «True Detective» ont révélé son exceptionnel talent – preuve qu’il n’est jamais trop tard pour se réinventer. Aujourd’hui, l’acteur, qui vit avec sa femme et leurs trois enfants à Austin au Texas, loin du glamour hollywoodien, est devenu écrivain et a publié des mémoires d’un genre inhabituel. Selon ses dires, son objectif n’était pas de prêcher la sagesse, même s’il apprécie les prédicateurs. Il souhaitait surtout évoquer toutes sortes de lieux, personnes, rencontres, histoires, envolées et moments difficiles en espérant que les conclusions qu’il a tiré de ces expériences seront une aide pour d’autres ou inciteront tout au moins à la réflexion. Malgré quelques sentences un peu dogmatiques, son œuvre autobiographique, à la fois amusante, authentique et inspirante, est portée par un infatigable optimisme – nous vous conseillons donc vivement cet ouvrage, le feu est au vert! 

Lire la suite