partager sur

Coup de cœur en montagne et paradis des cyclistes – à Abländschen, tout est possible.

1, 3, 38, 40. Non, ce ne sont pas les numéros qui vous feront gagner des millions au loto. À Abländschen, ils représentent quelque chose de tout à fait différent: une vallée, trois fermiers, 38 habitants et 40 vaches! Le petit village qui fait partie de la commune de Gessenay, entre Zweisimmen dans le canton de Berne et Bellegarde dans le canton de Fribourg, est considéré comme une adresse d’initiés par les amateurs de cyclisme, de randonnée et de calme. À juste titre. Bienvenue aux confins du monde!

…au début était la pomme de terre

Normalement, ce sont des vedettes, des athlètes de pointe ou des destinations de luxe qui sont sous les projecteurs des médias. Comment se fait-il que de simples pommes de terre d’une vallée reculée en Suisse suscitent soudain une attention nationale? L’histoire qui l’explique est aussi fascinante que géniale. Hasard ou destin? Peut-être un peu des deux. En 2018, traversant le petit village d’Abländschen, Thomas Frei, propriétaire de l’hôtel Bernerhof à Gstaad, remarqua la pancarte «À louer» accrochée sur une porte latérale de l’auberge «Weisses Kreuz». L’incomparable paysage et les maisons paysannes éparpillées dans le village, joliment fleuries de géraniums, ne pouvaient masquer le fait que l’exode rural était déjà probablement devenu une réalité ici aussi. Que faire pour contrer ce phénomène? Conjointement avec un autre entrepreneur de Gstaad, Hans Peter Reust, Thomas Frei et son équipe développèrent un concept pour la promotion des régions de montagne. En même temps, le conseil d’administration de la société Bernerhof AG Gstaad donna son feu vert à la création de la fondation «Prospectus Mons». L’initiative visait à mettre fin à l’exode d’Abländschen, à relancer l’agriculture et à mettre l’accent sur les produits régionaux. Thomas Frei et Hans Peter Reust, les deux pères du festival gastronomique Saveurs Gstaad, sont des experts en matière de développement et de mise en œuvre d’idées originales. Ils savaient donc parfaitement ce qu’ils faisaient. Et les deux visionnaires misèrent dans un premier temps sur un projet accessible et réalisable: la culture de pommes de terre de montagne.

Mais pour qu’un tel projet puisse prendre corps, il faut bien sûr aussi le soutien des parties impliquées. L’agriculteur Hanspeter Dänzer d’Abländschen trouva l’idée d’une promotion des régions de montagne si bonne qu’il laboura sans tarder huit ares de pâturages et se mit à planter des pommes de terre des variétés Annabelle et Desirée – à une altitude de près de 1300 mètres, et en terrain vallonné. Selon la devise «la simplicité fait le charme», Reust et Frei nimbèrent le tubercule polyvalent d’histoires passionnantes et d’événements accrocheurs, s’assurant ainsi immédiatement l’intérêt des médias. L’année dernière, la récolte des savoureuses pommes de terre de montagne d’Abländschen a atteint quatre tonnes. Et les acheteurs ne manquent pas. Puisque la préservation des villages de montagne est pratiquement une aspiration nationale, les restaurateurs de Gstaad et des environs mettent un point d’honneur à soutenir le projet. 

Une nouvelle enseigne

Abländschen est un nom anguleux pour une localité. Les gens du cru le prononcent «Avländsche». Les linguistes ne sont pas tout à fait d’accord sur l’origine du mot, à savoir s’il vient du français «avalanche» ou du gaulois «abono» (eau). Pendant le trajet qui mène en 30 minutes à peine de Gessenay au village, Hans Peter Reust nous raconte quels grands progrès ont pu être réalisés en peu de temps déjà. Lorsqu’il parle, on sent l’enthousiasme et la passion qui l’animent pour ce projet. À Gessenay, tout le monde connaît Hans Peter. C’est un homme d’action et un esprit original et créatif, qui n’hésite pas parfois à polariser quelque peu, comme il l’avoue avec le sourire. Mais il le fait toujours dans l’intérêt de la cause, pour inciter son interlocuteur à voir les choses sous un nouvel angle ou à réfléchir. «Il nous importe de proposer des perspectives aux gens dans les régions de montagne et de générer une création de valeur durable. Ceci va de pair avec une offre de produits frais avec des voies de transport aussi courtes que possible», souligne Reust. 

Les piliers du projet à Abländschen sont sans aucun doute les fermiers et l’agriculture. Mais pour une promotion réussie de l’agritourisme, l’hôtellerie et la restauration aussi sont nécessaires. Peut-être était-ce un signe du destin que l’auberge «Weisses Kreuz» ait été à la recherche d’un nouveau locataire au moment où Thomas Frei était passé à Abländschen. Désormais, il s’agissait d’insuffler une nouvelle vie à cet établissement riche en histoire. Et puisque le village portait un nom hors du commun, Hans Peter Reust et son équipe trouvaient que le restaurant ne pouvait pas tout simplement s’appeler «Weisses Kreuz» – à la Croix Blanche. Avec l’aide d’une agence de publicité renommée, l’idée du nom «Berghotel Zur Sau» – Au Cochon – émergea après une brève discussion, et fit tout de suite l’unanimité. Une enseigne originale, provocatrice et audacieuse à une époque où tout veut se donner des airs aussi internationaux que possible – donc des consonances anglaises. Au début, les autochtones comme les gens de l’extérieur poussèrent de hauts cris. Mais entre temps, les critiques ont fait leur paix avec le cochon et se réjouissent des résultats déjà obtenus. Dans le cadre du changement de nom, on a également rédigé une fable intitulée «Zur Sau». Sur 80 pages, avec des illustrations parfois un peu fortes, mais toujours intéressantes, une histoire attachante qui donne des frissons raconte ce qui a donné son nom à l’hôtel de montagne. Une histoire qui pourrait être vraie, supposée ou tout simplement imaginaire? Avec les fables, on n’est jamais sûr de rien. En tout cas, la lecture en vaut la peine. 

Bienvenue aux confins du monde

En fait, on avait prévu d’inaugurer le «Berghotel Zur Sau» rénové et aménagé avec soin au printemps 2020 déjà. La pandémie du Covid-19 a toutefois contraint toute l’équipe à une attente supplémentaire. En mai 2021, le moment est enfin arrivé. L’hôtel de montagne rayonnant d’un nouvel éclat dispose de neuf chambres à l’aménagement individuel, d’une salle de séjour, d’un fumoir, du Café et du Grand Restaurant qui peut accueillir une quarantaine de convives et est donc idéal pour des mariages, des fêtes d’anniversaire ou des baptêmes. Une vaste terrasse ensoleillée invite à passer de bons moments ensemble autour d’une bière du Simmental ou d’un verre de Rolle sur Mont. La vue incomparable sur la nature est en prime. 

Le patron Clà Frei, aussi charmant qu’éloquent, nous fait faire le tour de l’établissement et nous explique tous les détails des travaux de rénovation qui ont en partie été exécutés personnellement pendant de longues heures de dur labeur par les propriétaires actuels, Géraldine et Patrick Rolle. Aux fourneaux, Marie Fallegger règne sur les poêles et les casseroles. La cuisinière sympathique et pleine de talent crée pour ses hôtes de délicieuses spécialités. Bien entendu, au menu également, le cochon est en vedette. Mais les végétariens aussi trouvent ici leur bonheur. Des recettes savoureuses utilisant exclusivement des produits locaux et de saison soulignent l’importance du principe zéro kilomètre. Le duo Clà et Marie est assisté par Adrian et Rade.

«Sur les coteaux d’Abländschen, les trois agriculteurs locaux pratiquent l’assolement triennal typique. Outre la pomme de terre, on cultive également l’épeautre et le seigle», explique Hans Peter Reust lorsque nous longeons les champs. «Par ailleurs, nous avons commencé depuis peu à élever des pintades et des cochons Duroc.» Non moins célèbre que la pomme de terre de montagne d’Abländschen, son savoureux fromage de montagne au lait cru et aux herbes est notamment idéal pour la raclette. Ayant suivi une formation de fromager et dirigé pendant des années la laiterie de Gstaad, Reust dispose non seulement de savoir-faire, mais également d’un sens pour les nouvelles tendances et les nouveaux produits. 

Idylle, calme et nature à l’état pur

Laisser de côté le planning hebdomadaire serré, se libérer de la pression du temps et du stress accumulé: si l’on cherche la décélération, Abländschen est la réponse parfaite. Dans ce cadre idyllique, on vit à un autre rythme, et c’est une bien bonne chose. Savourer le calme, se laisser aller à la détente et bien manger, telle est la devise du farniente. Mais les adeptes de loisirs actifs ne seront pas déçus non plus. Les alentours d’Abländschen sont un paradis pour les randonneurs et les cyclistes. Circuit pédestre autour des Gastlosen ou excursion à vélo sur le Hundsrügg: selon sa forme personnelle, chacun et chacune y trouvera ce qu’il lui faut. Et les amateurs de vélo électrique peuvent recharger leur engin au «Berghotel Zur Sau». Qui souhaite mettre en pratique la philosophie de l’agritourisme peut aider les paysans à planter et à récolter les pommes de terre. À vos patates!

Si enfin on trouve Abländschen un peu trop tranquille à son goût par moments, Gstaad et Montreux ne sont pas bien loin et proposent beaucoup de variété. Envie d’un détour gastronomique dans la capitale des montgolfières? Le Restaurant Rosaly à Château‑d’Oex sert d’excellentes spécialités de saison à base de produits (évidemment) régionaux. Avis aux amateurs de desserts: la parfait glacé raffiné à la gentiane, combiné à un sorbet de thym délicieusement rafraîchissant et à un soupçon de miel, est une vraie merveille qui fait exploser les papilles! Et la gentiane provient – comment pourrait-il en être autrement – bien entendu d’Abländschen!

«Prospectus Mons» – création de valeur durable

La fondation «Prospectus Mons» créée il y a quelques mois a un plan bien précis. Elle entend ouvrir aux villages de montagne en Suisse de nouvelles perspectives. L’idée de base est le lien entre l’agriculture et le tourisme. Les produits agricoles du village de montagne et de la vallée doivent être commercialisables sur le marché afin que les habitants puissent obtenir un prix équitable et générer une chaîne durable de création de valeur. Un autre objectif de la fondation consiste à mettre fin à l’exode rural des villages de montagne, car en bien des lieux, des infrastructures telles que l’école ou la poste ont déjà été fermées. C’est également le cas à Abländschen, le premier projet de «Prospectus Mons». On entend à présent y remédier en offrant à la population la possibilité d’exploiter de nouvelles sources de revenus. À l’heure actuelle, Abländschen compte 38 habitants, dont dix environ sont impliqués dans le projet. D’ici 2030, on espère atteindre une augmentation de la population de 10 %. Un autre pas important en direction de l’avenir a pu être fait avec les propriétaires du «Berghotel Zur Sau». Géraldine et Patrick Rolle ont signé cet été un contrat de bail avec la fondation, qui a confié la gestion à l’hôtel Bernerhof à Gstaad. 

Indications utiles

Berghotel Zur Sau, Abländschen: bergdorf​-ablaendschen​.ch

Hôtel Bernerhof, Gstaad: bernerhof​-gstaad​.ch

Fondation Prospectus Mons: bergdorf​-ablaendschen​.ch

B & B Rosaly, Château‑d’Oex: rosaly​.ch