partager sur

De la division cellulaire à l’épigénétique – la beauté est une science en soi.

Dans «La mort vous va si bien», film de 1992, une esthéticienne propose un élixir de jouvence à Meryl Streep et Goldie Hawn. Rester jeune éternellement – voilà bien un rêve que l’on poursuit depuis des millénaires. Les découvertes archéologiques prouvent qu’il y a fort longtemps déjà, nos ancêtres étaient friands d’huiles et essences diverses bénéfiques pour la peau. Les analyses chimiques ont montré que ces soins cutanés se composaient principalement de graisses animales – bovines ou ovines probablement –, d’amidon et de cassitérite (bioxyde d’étain).

La beauté doit tout à la science. Helena Rubinstein

Aujourd’hui, les recherches des laboratoires cosmétiques se concentrent sur la division cellulaire, les cellules souches, les mécanismes de réparation de l’ADN ou l’épigénétique. Helena Rubinstein (née en 1870) est une des pionnières dans ce domaine. C’est à elle que l’on doit la classification des différents types de peau. Elle est également la première à lancer sur le marché des soins efficaces pour hydrater l’épiderme, traiter l’acné, protéger des effets néfastes du soleil et rajeunir la peau. Obsédée par l’idée de mettre la science au service de la beauté, elle se tient constamment informée des découvertes faites dans le domaine de la médecine, en dermatologie et même en chirurgie. En 1905, elle commence des études auprès d’un des dermatologues les plus réputés de son temps et s’intéresse à la diététique et à la chirurgie faciale. 

Dans le même esprit avant-gardiste que sa fondatrice, la marque Helena Rubinstein, qui appartient au groupe L’Oréal depuis 1988, continue de collaborer avec les plus grands spécialistes, et s’est forgée une expertise unique dans le domaine de la science cellulaire cutanée. En 2010, elle fait des découvertes révolutionnaires sur les cellules souches végétales, ce qui donne naissance à POWERCELL. Les cellules souches de criste marine (crithmum maritimum) contenues dans cette gamme de soins préviennent le vieillissement prématuré de l’épiderme en accélérant la régénération du tissu cutané et en restaurant les fonctions de barrière protectrice de la peau. 

helenarubinstein​.com

La magie de la science

Au début des années 1980, toute une équipe de biologistes et cosmétologues Valmont se met à l’œuvre pour trouver l’arme absolue qui permettra de lutter contre les signes extérieurs de vieillissement. S’inspirant de la cellulothérapie, les chercheurs pénètrent au cœur de la cellule, dans son noyau, et, grâce à un procédé unique breveté, en extraient deux molécules aux vertus exceptionnelles: l’ADN et l’ARN. L’ADN est une molécule clé hautement fonctionnelle qui contrôle la synthèse des protéines de l’organisme dans les cellules. Tout le secret de l’ADN réside dans sa structure. L’ADN utilisé par Valmont est issu de saumons sauvages canadiens. Grâce à un processus d’extraction breveté, sa structure moléculaire reste intacte. Combiné à trois macro-éléments essentiels (magnésium, calcium et sodium), cet ADN-HP devient alors un ADN triplex. En 2015, Valmont écrit une nouvelle page de son histoire qui a commencé avec l’ingrédient phare de la maison, l’ADN: la marque crée l’ADN zinc – une première mondiale. Ses laboratoires réussissent à lier l’ADN-HP à des ions de zinc et obtiennent ainsi l’ADN zinc qui donne des résultats exceptionnels en combinant les vertus anti-âge de l’ADN-HP et les propriétés éclaircissantes du zinc.

lamaisonvalmont​.com

La science anti-âge au top niveau

Depuis de nombreuses années, Erica Y. et David Chung, couple fondateur de 3LAB, cherchent eux aussi la source de jouvence, assistés par une équipe de dermatologues et scientifiques. De tous leurs clients, ils sont les plus critiques, disent-ils, de sorte que chaque produit est étudié et développé avec le plus grand soin. En créant l’hormone Nano-Clair GY™, ils ont réussi pour la première fois à recréer un complexe de principes actifs stimulant l’action de l’hormone de croissance humaine hGH qui joue un rôle essentiel dans tous les processus liés à la beauté. Ce principe actif est issu d’une variété de pommes thurgovienne très rare, l’Uttwiler Spätlauber. Les cellules souches végétales particulièrement résistantes de cette pomme protègent également les cellules souches de la peau et renforcent leur résistance au stress environnemental.

3lab​.com

La révolution cosmétique de laboratoire

Depuis 2004, les laboratoires de Neosino cherchent comment combiner la précieuse huile de rose à d’autres principes actifs anti-âge. Leurs experts décryptent les processus qui régulent notre vieillissement et enregistrent des avancées significatives sur lesquelles ils s’appuient pour la création de leur soin du visage «La Sweet Juliet»: il est avéré que le peptide clodessine – fragment de l’hormone de longévité klotho – augmente l’élasticité cutanée, prolonge la vie des cellules et active les mécanismes naturels de défense et de détoxification de la peau. Présent en forte concentration (3,5 %), le peptide peut également améliorer la structure de la peau et réduire sensiblement la taille des pores et les rides. Selon une récente étude in vivo réalisée par «Conti-Pro», société de biotechnologie leader spécialisée dans les produits pharmaceutiques, l’utilisation de la clodessine dans les produits de soin cutané entraîne une réduction de 57 % de la profondeur des rides. En outre, l’élasticité de la peau des personnes testées a augmenté de pas moins de 104 % et on constate un resserrement des pores de 11 %.

neosino​.at

Grâce aux incessantes recherches des spécialistes anti-âge, conserver une peau éternellement jeune pourrait bientôt devenir réalité, mais pour rester longtemps jeune, le meilleur conseil à suivre, d’après la science, est encore de mener une vie saine.