partager sur

La ville portuaire d’Anvers, entre les vieux maîtres et une jeune scène créatrice en pleine effervescence.

Je me suis toujours imaginé Anvers comme une ville anguleuse. Peut-être à cause des toits à pignons pointus de la Grand-Place moyenâgeuse. Ou à cause des diamants que l’on taille ici à merveille. Mais pour le moment, Anvers a plutôt l’air ronde, et pour une fois, cela n’a rien à voir avec Rubens. Plus avec la vue depuis le hublot de ma cabine. Les mâts et les fanions colorés se dressent dans le cercle de l’œil de bœuf. De temps en temps, un vol de mouettes. Elles atterrissent de l’autre côté du port, devant les lignes géométriques rouge brique du musée qui est l’un des nouveaux emblèmes de la ville. Museum aan de Stroom, MAS en abrégé: tel est le nom du bâtiment déstructuré grâce auquel le quartier portuaire de Het Eilandje a le vent en poupe. Ce dont profite également le navire historique «Chez Hannus», un deux-mâts transformé en hôtel qui naviguait déjà sur l’Escaut en 1890, et qui est aujourd’hui à l’ancre au quai Bonaparte.

Suivez la spirale vitrée

C’est en vain que l’on chercherait de vieux loups de mer dans ce quartier portuaire en plein boom. Le coin venteux de l’Het Heilandje et le Schipperskwartier voisin sont aujourd’hui des quartiers en vogue, qui allient dynamisme et charme maritime. Les anciens entrepôts, comme les entrepôts St Felix, ont été rénovés pour accueillir élégants complexes de bureaux et restaurants branchés, et invitent désormais au lèche-vitrines. Des monte-charges vernis se reflètent dans les vitrines des galeries et boutiques de créateurs locaux. Mais c’est l’emblématique MAS qui offre les points de vue les plus artistiques: suivez la spirale vitrée qui longe les salles du musée jusqu’à la terrasse panoramique gratuite, et vous verrez les silhouettes minuscules à vos pieds se promener sur une gigantesque œuvre d’art. C’est le «Dead Skull», une mosaïque de l’artiste local Luc Tuymans représentant une tête de mort qui orne l’esplanade du musée. Autre vision insolite, les deux statues perchées par Guillaume Bijl, un autre artiste anversois, sur «l’épaule» du bâtiment, une avancée de la promenade au huitième étage. Un «couple amiral saluant» souhaite la bienvenue aux visiteurs du musée. Un salut vertigineux qui sied parfaitement à Anvers: nous ne sommes pas dans une cité de carte postale confortablement blottie entre les vieilles façades et les maisons flamandes. Anvers se préfère active. Ce dont témoigne, quelques étages plus bas, l’écran panoramique à 360° du pavillon Portopolis, qui nous invite à une visite virtuelle du port. Nous plongeons alors dans un labyrinthe amphibie d’eau, de béton et de containers en acier de toutes les couleurs, un univers que l’on a plus l’habitude de voir dans les films policiers. Le port d’Anvers est le deuxième plus grand d’Europe, et le dynamisme qui en découle continue à inspirer artistes, architectes et urbanistes. On le retrouve dans les bâtiments actuels, comme la Capitainerie du port d’Anvers, spectaculaire combinaison entre une ancienne caserne de pompiers et un immeuble ultramoderne conçu par le cabinet d’architectes Zara Hadid, et dont la façade facettée rappelle l’un des plus grands savoir-faire d’Anvers: l’art de tailler les diamants.

Une arrivée en grande pompe

Le temps ne s’est pas encore arrêté à Anvers, même si on en aurait parfois envie. Comme à l’arrivée dans la ville belge. Difficile de faire plus splendide que la gare d’Anvers-Central, fondée en 1836, et située entre le zoo de style Art nouveau et le très chic quartier des Diamantaires. C’est l’une des plus belles gares historiques du monde, ce qui ne peut échapper même aux passagers aériens: le train à grande vitesse «Diabolo» relie l’aéroport Zaventem de Bruxelles à la gare d’Anvers-Central. Pour l’admirer en toute tranquillité, rendez-vous dans l’ancienne salle d’attente. Elle accueille à présent Le Royal Café, et quelle meilleure manière de se préparer à Anvers qu’un petit verre de Pineau des Charentes?

Voyage dans le temps

Mais dans la ville marchande flamande, patrie de génies comme Rubens et qui accueille à présent, avec les Six d’Anvers, l’avant-garde de la mode européenne, le temps libre est une denrée rare. Revenons plutôt quelques siècles en arrière, un voyage particulièrement agréable au Café Engel. Qui parvient à lever les yeux de la mousse ventrue de la bière traditionnelle locale De Koninck et des planches de saucisse fumée sera récompensé par une vue magnifique sur la Grand-Place triangulaire d’Anvers, où les maisons du XVIe siècle superbement restaurées alternent avec les palais de style Renaissance italo-flamande. Ce sont les vestiges d’une époque où Anvers était la plus importante métropole commerciale du monde, et où les génies d’alors se pressaient à sa porte. Quelques pas seulement séparent la splendide Grand-Place du centre intellectuel des débuts de l’Époque moderne: le musée Plantin-Moretus, un site classé au patrimoine mondial de l’Unesco, accueillait autrefois les débats d’Érasme et Thomas More. Ses collections comprennent aujourd’hui les plus anciennes presses d’imprimerie du monde et une Bible de Gutenberg. Immeuble d’habitation et atelier avec jardin dans une cour en briques rouges: une combinaison typique pour le milieu bourgeois flamand. C’est également le cas à l’adresse Wapper 9 – 11: le palais Renaissance de Rubens, avec son jardin d’agrément, offre un sentiment de proximité toute particulière avec le grand peintre, qui vivait ici avec toute sa famille, y recevait ses invités, collectionnait lui-même de l’art, et qui a peint dans ces lieux la majeure partie de ses chefs‑d’œuvre. Avec le mobilier d’origine, les lourdes tapisseries et la vaisselle, on s’attendrait presque à voir apparaître Rubens en pantoufles à la table de la cuisine, véritable plongée dans l’intimité des œuvres mondialement connues du maître.

Capitale de la mode

L’amour pour les drapés délicats et les couleurs sensuelles, pour le tombé des lourdes étoffes et les combinaisons inédites ne s’arrête en aucun cas à la maison de Rubens, la Rubenshuis. Le meilleur moyen de s’en convaincre est sans doute une promenade dans le quartier Sint-Andries, où l’histoire de l’opulente Anvers continue à s’écrire. Ici, au beau milieu du Fashion District, la réputation d’Anvers comme capitale de la mode s’affirme de manière spectaculaire. Tout a commencé dans la Nationalestraat et la Kammenstraat, avec les boutiques des légendaires «Six d’Anvers», notamment le Modepaleis de Dries Van Noten, au numéro 16 de la Nationalestraat. Aujourd’hui, des anciens élèves de l’Académie royale des beaux-arts d’Anvers, dont le département mode est l’un des meilleurs au monde, prennent la relève dans de petits ateliers et boutiques éphémères. Des sous-vêtements comme objets d’art, des Bonhommes Michelin comme mannequins, le vêtement comme aventure: voilà, entre autres, ce qui vous attend au MOMU, le gigantesque musée de la Mode d’Anvers, qui expose pas moins de 25000 pièces. Et pour poursuivre notre exploration de la fibre créatrice d’Anvers, rendez-vous dans le quartier voisin de Het Zuid: maisons patriciennes, boulevards plantés de platanes, et une bonne dose d’art. Ce quartier du sud d’Anvers est aujourd’hui devenu un Art District très réputé. Entre le Musée d’Art contemporain, le Musée de la Photographie et le Palais de Justice futuriste de Richard Rogers, les Concept Stores alternent avec les bars décalés, comme le «Wasbar»: envie d’un cocktail au persil ou autre rafraîchissement insolite? Cette ancienne laverie au Graaf von Egmontstraat 5 sert les boissons les plus impeccables et les tapas les plus adoucissantes de la ville!

ANVERS EN BREF

Arrivée
L’aéroport le plus proche est l’aéroport de Bruxelles. Vols opérés par Brussels Airlines et Swiss, entre autres. 

Botanic Sanctuary Antwerp 
botanicantwerp​.be
Ce membre de Leading Hotels of the World est une véritable oasis : architecture classée et atmosphère d’orangerie en prime.

Hotel August
august​-antwerp​.com
Cet hôtel spectaculaire, niché dans un ancien couvent des Augustins, invite à découvrir le quartier environnant d’Het Groen Kwartier: d’anciens bâtiments militaires reconvertis en écoquartier, à deux pas de l’élégant quartier Art nouveau de Zurenborg. 

RESTAURANTS

The Jane
thejaneantwerp​.com
Le restaurant de Piet Boon, spécialisé en poissons et fruits de mer, compose ses plats de légumes de mer comme de véritables tableaux. 

Zuiderterras
zuiderterras​.be
Restaurant d’inspiration nautique sur les rives de l’Escaut: fruits de mer et vue sur les barges. 

Grand Cafe Horta
grandcafehorta​.be
Ce café branché sert des plats de bistrot dans un décor Art nouveau d’origine signé Victor Horta. 

visitantwerpen​.be

Offer
ANG Waldhaus Flims aussen

Le Waldhaus Flims Gourmet Festival 2022

Profitez d’un rabais de 20 % sur la seconde nuitée!
Offer
Banner Cornercard 1280x720px 20220711 A

Profitez de 30% sur votre titre préféré!

Choisissez l’abonnement de votre choix!
Offer
Kirchenwirt 01

Quelques jours de détente dans la vallée d’Alpbach au Tyrol

L’hôtel Kirchenwirt 4 étoiles supérieur vous attend pour un séjour randonnée et spa!

21.avril.2021 Santa Clara 02

La tranquillité même

Au Santa Clara 1728, à Lisbonne, une agréable sobriété vous attend.

Le Santa Clara 1728, situé dans le centre culturel de Lisbonne, est un hôtel du groupe Silent Living dont le nom est tout un programme. Ici, le concept de l’hôtellerie et de l’hébergement a été totalement repensé. L’intérieur est réduit à l’essentiel, ce qui engendre une atmosphère d’un calme propre à la méditation. La tranquillité qui émane des pièces est d’autant plus frappante qu’elle contraste avec la vie trépidante, et typiquement portugaise, qui anime les rues. Les matériaux utilisés pour l’aménagement des chambres sont issus de la production locale – des meubles artisanaux aux sols en lioz. 

silentliving​.pt

Lire la suite

17.septembre.2021 Magna Pars 06

Suite dreams à Milan

Le Magna Pars L’Hotel à Parfum offre une ambiance élégante dans une ancienne usine de parfum.

Situé dans une petite rue tranquille au cœur du quartier du design et de la mode à Milan, le Magna Pars L’Hotel à Parfum est un élégant hôtel aménagé dans une ancienne usine de parfum, et qui ne propose que des suites. Dans le respect de l’histoire du bâtiment, ces suites portent le nom de plantes odorantes telles que le jasmin, le magnolia, le bois de santal ou le patchouli, et l’on peut également y acheter le parfum correspondant à chaque suite pour recréer chez soi une ambiance rappelant les vacances. En plus de ces agréables plaisirs olfactifs, un restaurant gastronomique, un bar lounge, une salle de remise en forme et un espace spa, ainsi qu’une bibliothèque et un élégant toit-terrasse attendent les clients.

magnapars​-suitesmilano​.it

Lire la suite

20.août.2021 Wood Ridge 04

Luxe discret

Les plus belles perspectives alpines dans les luxueux chalets Wood Ridge de Werfenweng.

Un bel aperçu de l’hospitalité autrichienne, l’époustouflant panorama de montagnes de la région de Salzbourg et le luxe rustique des Rocheuses canadiennes – voilà le cadre que vous offre les chalets de luxe Wood Ridge de Werfenweng. Ce village composé de douze luxueuses cabanes canadiennes est niché au cœur des Alpes autrichiennes, dans les splendides montagnes salzbourgeoises. Wood Ridge, en bordure du pittoresque village de Werfenweng, à 45 km à peine au sud de la ville de Salzbourg, est un vrai havre de paix et le lieu idéal pour fuir le stress du quotidien et se reposer. Les douze incomparables chalets de Wood Ridge sont tous équipés d’un sauna privatif et d’un jacuzzi. Leur aménagement intérieur, traditionnel et authentique, s’inspire des cabanes canadiennes. Ces chalets de bois dotés d’une spacieuse cuisine, d’une TV, d’une chaîne hi-fi et d’un superbe canapé en cuir offrent à la fois luxe et confort. Le soir, un agréable feu crépite dans la cheminée traditionnelle, pièce maîtresse de chaque cabane. Wood Ridge, qui met à l’honneur la durabilité et le respect de l’environnement, est fier de pouvoir arborer le label écologique autrichien. 

woodridge​.at

Lire la suite