partager sur

Rudolf Buchbinder, pianiste de renom au succès international, met la musique à l’honneur, même en ces temps de pandémie.

Le parcours impressionnant de Rudolf Buchbinder montre à quel point la magie de la musique est une fascinante réalité. À cinq ans, il est tellement captivé par le piano loué à l’origine pour son frère, qu’il passe au pied levé l’examen d’entrée au conservatoire dont il devient le plus jeune élève – sans avoir pris une seule leçon et sans connaître le solfège. À onze ans, il est admis dans une classe de maître et le reste de son parcours marque définitivement l’histoire de la musique. Ce pianiste d’exception, qui vient d’un milieu modeste de Vienne, se produit alors dans les salles de concert du monde entier. Ses tournées musicales le conduisent de Tokyo à New York, tandis que le Wiener Musikverein devient pour lui une sorte de seconde famille. En tant que directeur artistique, il marque de sa griffe le Grafenegg Festival – comme ce fut le cas également pour l’édition de cette année où les musiciens se sont produits sur la scène du Wolkenturm avec une impressionnante virtuosité, malgré les circonstances inhabituelles. Ludwig van Beethoven dont les Variations Diabelli, plus que n’importe quelle autre œuvre, constituent le fil rouge de sa carrière est le seul compositeur qui l’accompagne depuis toujours avec la même intensité. Il n’est donc pas étonnant qu’en 2020, année anniversaire, il le mette à l’honneur en lui consacrant son projet Diabelli. «Il y a 60 ans, Bruno Seidlhofer, qui était à l’époque mon professeur de piano, m’a offert cette partition – à moi, son plus jeune élève du conservatoire de Vienne. Depuis ce jour, la dernière valse de Beethoven est ma plus fidèle compagne», nous confie Rudolf Buchbinder. Si vous voulez connaître son agenda culturel, vous trouverez de plus amples détails ici.

Comment satisfaites-vous votre soif de culture en ces temps de pandémie?

Heureusement, j’ai la musique et aussi à nouveau un public – de plus en plus souvent. Mon projet Diabelli m’apporte beaucoup de joie et de satisfaction. Pour moi, les Variations Diabelli sont probablement l’œuvre la plus intéressante de Beethoven. C’est une musique sur le thème de la musique. Beethoven étudie chaque mesure de la valse de Diabelli à la lumière de l’histoire de la musique et l’associe consciencieusement à l’idéal de son temps. Beethoven est fascinant. 

Quel livre est actuellement sur votre table de chevet?

Actuellement, c’est «Le premier homme» d’Albert Camus. Je l’ai à portée de main à côté de mon lit.

Quelle musique écoutez-vous en boucle ces derniers temps?

En ce moment, j’écoute volontiers Frank Sinatra et Oscar Peterson.

Quel film aimeriez-vous absolument voir dans un proche avenir?

J’ai hâte de voir le nouveau James Bond et j’attends avec impatience qu’il soit à l’affiche.

La culture, c’est pour moi…

ce qui garantit la cohésion interne de notre société. Comme je suis optimiste par nature, j’espère qu’une fois la pandémie derrière nous, les gens apprécieront à nouveau les vraies valeurs de la vie.

Ses derniers projets

«Parfois, j’ai l’impression qu’il est assis à côté de moi.» C’est par ces mots que Rudolf Buchbinder décrit sa relation avec Ludwig van Beethoven. Pour l’année anniversaire 2020, il a réenregistré les Variations Diabelli de Beethoven. À cette occasion, il a également demandé à des compositeurs du monde entier de se pencher à nouveau sur ce thème. Et le résultat est à la hauteur des attentes.

Vous trouverez les dates des prochains concerts de Rudolf Buchbinder et des informations concernant son projet «Diabelli 2020» et son nouvel enregistrement du «Concerto pour piano no 1» de Beethoven avec l’Orchestre philharmonique de Berlin sur buchbinder​.net

Offer
Terme di Saturnia 3

Rebalance and reset

Retrouvez votre équilibre naturel aux Terme di Saturnia.
Offer
Kirchenwirt 01

Quelques jours de détente dans la vallée d’Alpbach au Tyrol

L’hôtel Kirchenwirt 4 étoiles supérieur vous attend pour un séjour randonnée et spa!

03.octobre.2022 Kere 2

Inspiré par la nature

Francis Kéré, lauréat du prix Pritzker, construit sa vision d’un monde meilleur pour l’humain et la nature.

«Tout le monde mérite la qualité. Tout le monde mérite le luxe et tout le monde mérite le confort. Nous sommes liés les uns aux autres et les préoccupations en matière de climat, de démocratie et de pénurie nous concernent tous», c’est par ces mots que Francis Kéré définit l’idée qu’il se fait de l’architecture, du design et du monde. La durabilité et la justice sociale sont les piliers du concept de l’architecte burkinabé qui implémente sa vision dans les bâtiments qu’il réalise. Ses écoles, établissements de santé et logements répondent parfaitement aux besoins des populations et, s’ils sont en soi des œuvres d’art, ils se comprennent avant tout comme des espaces adaptés à la vie locale – avec à la base un engagement social et l’utilisation ingénieuse de matériaux régionaux. Un signe fort qui nous montre comment l’architecture peut changer la société et une approche qui a été récompensée cette année par le prix Pritzker. «Francis Kéré est un pionnier de l’architecture – durable pour la terre et ses habitants – dans des pays où la pénurie est extrême. Il est à la fois architecte et serviteur, améliorant la vie et l’expérience d’innombrables citoyens dans une région du monde parfois oubliée», a déclaré Tom Pritzker lors de la présentation de la décision du jury.

Lire la suite

11.février.2022 Salgado 01

Un paradis en péril

Sur les traces des tribus indigènes de l’Amazonie brésilienne avec Sebastião Salgado.

Maître incontesté de la photographie documentaire, militant écologiste témoignant de la beauté sans égale de notre univers, Sebastião Salgado a sillonné pendant six ans l’Amazonie brésilienne. L’ouvrage à la fois poétique et puissant que le photographe brésilien a tiré de ce périple est aussi un cri du cœur contre la destruction systématique du poumon vert de la planète. Ses images impressionnantes rendent un vibrant hommage à la nature – forêt, cours d’eau et montagnes – ainsi qu’aux populations qui vivent depuis toujours en harmonie avec cet environnement fascinant. Sebastião Salgado s’est rendu auprès d’une douzaine de tribus indigènes dont il montre le mode de vie, de leurs techniques de chasse à la chaleur de leurs liens familiaux. Ses magnifiques photos en noir et blanc illustrent autant la splendeur que la vulnérabilité de cet écosystème unique. 

Sebastião Salgado, Lélia Wanick Salgado
Amazônia
Éditions TASCHEN

Lire la suite

27.janvier.2021 Timur 02

Un valeureux guerrier

Son départ dans la vie a été marqué par de multiples opérations, des douleurs sans fin et des pronostics défavorables. Aujourd’hui, Timur Habegger a 11 ans et rêve de devenir policier. 

Ce jeune garçon au nom exceptionnel a une force de caractère incomparable, comme le dévoile son histoire. Timur Habegger, qui vit à Aarwangen (BE), est connu du public depuis qu’il est passé sur le plateau de «Stars&Heldä» (stars et héros), nouvelle émission télévisée développée et produite par DAS ZELT. Dans l’émission diffusée le 27 décembre 2020 sur SAT1 Suisse, des stars helvétiques de la musique rencontraient des héros du quotidien. Baschi, Stefanie Heinzmann, Bligg et Anna Rossinelli étaient invités. Baschi, qui a aujourd’hui 34 ans, a été tellement touché par le destin de Timur qu’il l’a personnellement présenté comme son héros du quotidien. 

Lire la suite